Témoignages/histoires vraies/bio

J’avais quinze ans. Vivre, survivre, revivre

Hello !

Il y a peu on m’a proposé ce livre et j’ai tout de suite acceptée. C’est un devoir de témoigner, même si je ne suis pas juive. Ne jamais oublier ! Cela s’applique à chacun de nous. Bref ^^ Voici le résumé :

Javais_15_ans_copiePrix broché : 18€
Leduc Editions, réédition qui paraîtra le 21 mai 2019

Après une enfance heureuse en Pologne au sein d’une famille juive, Elie Buzyn va subir l’indicible : sa déportation à 11 ans et l’assassinat des siens ; le ghetto de Lodz, Auschwitz à 15 ans, la marche de la mort, Buchenwald. 

Lorsqu’il est libéré à 16 ans, il ne parle que le polonais, l’yiddish, et l’hébreu. Comment retourner à la normale ? Après avoir frôlé la mort, connue un état de sous-nutrition extrême, la libération et le retour à la vie sont complexes. La traversée de la frontière entre deux milieux sera pour lui un temps crucial qui aura duré des décennies… Ses expériences passées continuent d’exister en lui, en un magma éruptif qui peut surgir à tout instant. 

Mais il a agi, résisté, et réappris à vivre. Le chaos libère une grande source d’énergie qui lui a permis de développer une créativité de la vie où rien ne pouvait lui paraître insurmontable. Encouragé par les voix du passé et par le soutien de leurs morts, il a tenté de reconstruire ailleurs ce qui a été brisé. Il livre le récit d’un étrange périple passant par la France, la Palestine, l’Algérie. 

Chirurgien-orthopédiste, il s’engagera auprès des laissés-pour-compte et des victimes que les nazis avaient voulu torturer et éliminer : témoins de Jéhovah, malades psychiatriques, personnes très âgées, … Parfois dans des conditions difficiles, sans infrastructures sanitaires.

Un parcours unique et atypique, éclairé par le regard d’Etty Buzyn, son épouse, écrivain et psychanalyste.

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

Ce résumé vous raconte déjà la vie d’Elie. Pas de surprise donc. Après tout, ce n’est pas un roman mais un témoignage donc on ne cherche pas le suspense. Non, là il est question de témoigner de ce qui est arrivé. Celui d’un homme qui a vu sa famille être décimée par le régime nazi, qui n’a jamais abandonné malgré la souffrance et l’horreur, et qui n’a jamais baissé les bras ensuite.

Contrairement à Si c’est un homme de Primo Levi, qui m’a traumatisée quand je l’ai lu au lycée, vous ne trouverez pas ici trop de détails. Juste assez pour se rendre un minimum compte. Le but d’Eli est essentiellement la mémoire. Pour ça, il se raconte pudiquement. Certaines anecdotes cependant sont très fortes, comme l’histoire de la ceinture.

J’ai réalisé à quel point survivre aux camps de concentration ne s’est pas arrêté à la Libération. Avancer avec un tel bagage, dans un monde où vous n’avez plus vraiment de place, où personne ne peut vous comprendre… Dur. Une fois encore, heureusement qu’il y a des gens qui restent profondément humains.

Quelques temps avant d’avoir le livre, l’émission Quotidien avait fait un court reportage sur ces gens qui vont à Auschwitz et qui se prennent en photo en mode amoureux ou top model. J’avais été choquée. J’ai envie de les inviter à lire ce témoignage et à réaliser l’irrespect dont ils font preuve. Ce n’est pas la Tour Eiffel, bordel !

En bref, c’est un témoignage à la portée de tous, comme des âmes les plus sensibles et plus jeunes, afin que la Mémoire et le Courage de ces femmes, ces hommes, ces enfants (oui, des enfants putain…) ne soit jamais effacé. Alors, ça va paraîtra décalé à certains mais ces paroles d’une chanson de Johnny Hallyday expriment bien ma pensée : Oh ça ne meurt pas un homme, un homme ça s’oublie. #noublionsjamais

Maintenant je vais manger du chocolat car j’ai besoin d’un remontant !

Bisous !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s